La Collaboration aux Archives Nationales

ligne blanche

La Collaboration (1940-1945)

(Avec l’Agence Point de Fuite)

ligne blanche

Pour la première fois, les Archives nationales consacrent une exposition à la Collaboration.
Organisée dans le cadre des commémorations du 70e anniversaire de la Libération de la France et de la victoire contre le nazisme, cette exposition entend, par une mise en perspective historique, revenir sur les « années noires » qui les ont précédées et dont la Collaboration constitue, dans la conscience individuelle et collective, un lourd et complexe héritage.
Prenant en compte le poids de l’Occupation allemande dans une France défaite militairement, elle cherche ainsi à mieux faire comprendre, au rythme de ces quatre années et de l’influence du cours de la guerre, toutes les évolutions dans le temps des choix politiques des trois acteurs en présence : les autorités allemandes, dans toute leur pluralité, dont le joug systématique et prégnant ne cessera de peser sur la vie des Français et de déterminer les adhésions et les renoncements des collaborateurs ; le Gouvernement de Vichy qui fait le choix d’entrer à l’automne 1940 dans la voie de la collaboration et de mettre en œuvre la Révolution nationale ; les partis collaborationnistes enfin dont l’engagement idéologique aux côtés de l’occupant dans une vision assumée de la France et de l’Europe constituera, pour le régime de Vichy, parfois un appui, plus souvent un aiguillon pressant et contraignant.
Elle présente aussi, selon une approche thématique, les différentes formes d’expression de la Collaboration qu’elle soit d’ordre politique, administratif, économique, militaire, idéologique ou culturel et aussi toutes ses nuances, avec en filigrane cette question obsédante : quelle a été l’attitude des Français et leur degré d’implication, depuis l’engagement absolu aux côtés de l’occupant jusqu’à l’accommodation plus ou moins franche aux circonstances ?
Diverse selon les domaines, les mobiles et les degrés d’engagement, la Collaboration requiert un traitement historique qui respecte la singularité et la complexité du sujet. Le parti-pris de la scénographie est ainsi celui d’une présentation double, mêlant à la fois approche thématique et restitution chronologique. Confrontant de nombreux documents originaux variés tant dans leurs formes que leurs typologies et pour beaucoup inédits, elle cherche à rendre compréhensible les événements et césures historiques comme les réalités du quotidien de chacun des acteurs, du plus célèbre à l’inconnu et vise à restituer l’atmosphère idéologique de la période à travers notamment la reconstitution de lieux tels que le bureau du chef de l’État français, celui d’un dirigeant collaborationniste ou la création d’ambiances sonores.
De la lettre de dénonciation adressée aux autorités allemandes jusqu’au statut des Juifs annoté par le maréchal Pétain, ces documents montrent un appareil étatique, des partis politiques, une vie publique, le monde des arts et des entreprises œuvrant au bénéfice de l’occupant allemand et d’une politique de Collaboration au service d’une certaine vision de la France.

ligne blanche

>> Visite virtuelle de l’exposition
>> l’agence Point de fuite



Les commentaires sont fermés.